Communauté usages, management, prospective... autour du digital. Publiée par M21.

videoblog de laurent

Avec la dématérialisation des contenus, l'industrie culturelle (musique, audiovisuel, livre) entre dans une nouvelle ère. De nouveaux modèles émergent et beaucoup restent à inventer, autant dans la recherche de financement, dans le marketing que dans la création...

videoblog de laurent RSS feed

Changer de moteur de recherche? Un long processus!

Alors que ce début d'année est très riche en actualité dans l'univers de la recherche avec bien sûr l'annonce du nouveau moteur de recherche de Microsoft Bing, le moteur de recherche d'origine indienne Yauba ou encore le moteur de recherche Wolfram, on peut s'interroger sur le processus d'adoption d'un moteur de recherche et les stratégies marketing qui lui sont attachées.

Google
Le leader incontesté depuis quelques années est bien évidement Google, qui en plus de proposer un service de base de très grande qualité, a su se renforcer de manière transversale en déclinant sa marque pour tous nos usages du web tout en mettant en avant son service de recherche. Le moteur est présent sur la plupart de nos points d'entrée ou de passage sur le web: Les Navigateurs web par le biais de la page d'accueil de Firefox et de sa barre de recherche rapide ou avec son propre navigateur Chrome, sur les pages d'accueil des portails et des FAI (free, club internet, aol, etc.), sur youtube (qui représenterait 20% du total des recherches), sur les réseaux sociaux (Myspace, Orkut), sur les services de messagerie (gmail et bientôt Wave, laposte), sur la téléphonie mobile, etc. Les points d'accès à google sont donc nombreux, ce qui limite d'autant la concurrence potentielle. De plus, la plupart des utilisateurs sont peu prompts au changement et sont souvent étrangers aux enjeux liés à la recherche d'information sur Internet.

La pénétration par google du marché a elle même été longue. Il existe une résistance normale envers les nouveaux produits ou les nouveaux services. Soit par méfiance, soit par attachement. On a facilement des relations sentimentales avec les sites qu'on utilise quotidiennement, et le processus d'adoption se fait rarement du jour au lendemain, il passe par des prescripteurs (amis, médias, etc) et par des usages répétés. Mais une fois un client fidélisé, il est très dur à reprendre par ses concurrents, surtout si le service est de qualité croissante.  Dans sa stratégie Google prend en compte ces facteurs et limite par tous les moyens les points d'entrée pour ses concurrents, via le rachat ou la création de services clés particulièrement populaires, et il améliore quotidiennement son moteur de recherche.

Bing
C'est dans ce contexte qu'il faut replacer le lancement de Bing par Microsoft, qui est un des rares acteurs à avoir le potentiel pour concurrencer sérieusement Google de manière frontale. En effet, ils possèdent les moyens financiers et techniques nécessaires (au niveau des serveurs, des chercheurs, des commerciaux, etc.). Comme Google, Microsoft est présent dans de nombreux usages du Web: Internet Explorer pour la navigation (+ de 70% de parts de marché...), MSN et Hotmail pour la communication, participation dans Facebook pour les réseaux sociaux, forte présence dans la téléphonie mobile....

Mais ils doivent faire face à la barrière de l'usage. L'intérêt des utilisateurs pour changer de moteur de recherche est faible, Bing n'apportant pas de nouveautés déterminantes par rapport à Google. La campagne de communication de Microsoft pour le moment est un succès, chose rare pour l'un de leur service, ils ont été capables de créer un très fort buzz plutôt positif autour de Bing. La part de marché du moteur a fait un bond pendant quelques jours. La diffusion des spots publicitaires devrait avoir un effet similaire. Le processus de changement a donc une petite chance de s'enclencher ce qui entrainerait une hausse durable de sa part de marché. En effet, les utilisateurs ayant entendu parler de Bing auront tendance à le tester ou à le retester lorsque les résultats de google ne leur paraîtront pas pertinents (ce qui arrive de plus en plus souvent selon moi, mais j'y reviendrai plus bas) ou pour réaliser leurs achats en ligne, Microsoft proposant des réductions aux internautes étant passés par son moteur. Le secteur de l'e-commerce est particulièrement stratégique pour la vente de publicité ciblée, et si Bing parvenait à se développer dans le domaine, se serait déjà une petite victoire pour eux.
La part de marché de Bing est d’hors et déjà supérieure à celle de son prédécesseur Live Search. Le 18 Juin, Bing pointait à 12,1% de parts de marché contre en moyenne 8% pour live search. Le moteur de recherche serait donc parvenu à fidéliser l’équivalent de 4% du marché en plus, ce qui est un très bon score s’il se confirme. Parallèlement, Microsoft serait toujours en discussion avec Yahoo pour un éventuel partenariat. (edit: Techcrunch vient de publier un article sur le sujet de l'usage comparé de Bing/Google)

Yauba
Parallèlement à Bing, un nouveau moteur de recherche a fait son entrée sur le marché mais de manière bien moins remarquée. Il s’agit de Yauba, un moteur de recherche indien lancé en Mars 2009, et qui en seulement 3 mois a été capable de proposer une version internationale, française (depuis le mois d’avril), italienne, russe, chinoise, iranienne et brésilienne, en s’appuyant entre autre sur sa communauté Twitter. Les résultats sont étonnamment pertinents pour un moteur de recherche si jeune, et ils ne cessent de s’améliorer.
L'exemple de Cuil, a bien montré que la pertinence est le préalable nécessaire à un buzz positif sur la toile, et si Yauba parvient à se distinguer de ses autres concurrents se sera probablement grâce au bouche à oreille alors que Microsoft s'appuie sur sa force commerciale. Le processus d'adoption viendra aussi à l'usage, les points forts de yauba sont actuellement de ne pas proposer de publicité (en France en tout cas), d'assurer une navigation dans les recherches sans prélever d'informations personnelles et de permettre de visiter les sites de manière anonyme, et au niveau de la recherche le moteur met beaucoup en avant l'actualité (via twitter, digg, blogs, réseaux sociaux) et classe l'information selon le type de sources et de documents. La navigation est assez différente de celle sur Google ou Bing, et pourrait être améliorée sur certains points, notamment du point de vue de l'ergonomie.
Mais de manière générale, pour une version Bêta, le moteur de recherche est particulièrement prometteur, et il pourrait devenir en Inde au moins un concurrent sérieux à Google, et ce grâce à sa communauté qui joue le rôle de relais de l'information.

Les faiblesses de Google
Ces nouveaux entrants sur le marché, auxquels on peut ajouter Twitter et Facebook (qui va proposer de chercher dans les statuts de ses amis et des profils publics un peu à la manière de Twitter), arrivent à un moment où Google apparaît un peu affaibli.
Tout d'abord au niveau de la pertinence des résultats, les réseaux sociaux, les blogs, le RSS, les agrégateurs d'actualité (digg, wikio), le micro blogging ont profondément modifié la manière dont on échange l'information. La manière de qualifier la pertinence d'une information évolue dans le même sens.  La notion de Page Rank, basée sur le nombre de liens entrants et sortants, qui reste au cœur des algorithmes de Google, limite la pertinence et la réactivité des résultats proposés par Google. A l'origine, Google avait choisi le nombre de liens qui pointait vers une page comme l'indicateur de la pertinence et de la popularité d'une page, aux débuts de Google on ajoutait spontanément des liens sur nos sites web vers les sources que l'on appréciait ce qui n'est plus le cas aujourd'hui.
Le Page Rank favorise les sites les plus anciens, ainsi sur de nombreuses requêtes les résultats sont dépassés ou redondants. Pourtant Google est le moteur de recherche le plus performant pour indexer les nouveaux contenus, mais la nature même de l'algorithme du moteur les défavorisent, sauf lorsqu'ils sont diffusés sur des sites déjà reconnus par google, comme wikio ou google et yahoo news par exemple. Et il est très improbable que Google abandonne cette notion de Page Rank qui est au cœur de leur architecture du web. Néanmoins, Google a annoncé développer un moteur de recherche dédié à l'actualité pour concurrencer entre autre Twitter.
Pour améliorer la pertinence de leurs résultats, les moteurs devront certainement prendre de plus en plus en compte la recommandation de liens, les RT sur twitter, les liens enregistrés dans les favoris et ceux partagés sur Facebook, qui sont autant d'indicateur de la popularité et/ou de la pertinence d'une information, au même titre que l'était l'échange de liens il y a quelques années.

Parallèlement, la crise financière qui sévit actuellement réduit un peu les marges de manœuvre de Google qui reste très dépendant des revenus de la publicité. Ce trimestre le revenu de Google a légèrement augmenté alors que les budgets publicitaires sur internet ont pour leur part baissé. Mais le vrai dilemme de Google est qu'il semble enfermé dans la gratuité. 98% de ses revenus proviennent du moteur de recherche, la plupart de ses autres services bien que très populaires ne sont pas rentables, comme par exemple youtube, google earth, picassa, etc. Ils concentrent déjà tellement de revenus provenant de la publicité que leur revenu marginal est inférieur à leur coût marginal, ou dit autrement ils investissent à perte comme se sera probablement le cas pour wave, qui risque de rencontrer le succès mais dont les débouchés commerciaux sont incertains si Google se limite à un modèle basé uniquement sur la gratuité.
 
Barrière à l'entrée: Technologie et usage
Ainsi, ce manque de pertinence de Google dans le traitement de l'actualité, représente une réelle opportunité pour l'entrée de nouveaux acteurs dans le secteur de la recherche (twitter, yauba, facebook) ou pour les concurrents traditionnels de Google (microsoft, yahoo, etc.). Cependant, les barrières à l'entrée qu'elles soient technologiques (développer un algorithme de traitement de l'information pertinent prends des années et demande une importante infrastructure) ou d'usage (le changement d'un moteur de recherche comme nous venons de le voir est un processus long) sont à l'avantage de google, et s'ils ne font pas d'erreurs stratégiques majeures ils devraient conserver leur leadership, bien qu'ils risquent à terme de perdre des parts de marché en particulier dans les pays émergents (google a récemment été interdit en Chine et n'est pas leader dans ce pays, ni en Russie, et yauba est suffisamment pertinent pour le concurrencer en Inde)...

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ ne sera pas montré publiquement.
  • Images can be added to this post.
  • Allowed HTML tags: <p> <br> <a> <em> <strong> <cite> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <img> <h1> <h2> <h3> <h4> <h5> <h6> <div> <span> <embed> <param> <object> <script>
  • You can use <object>, <embed> and <script> tags from the following sites to add media to your posts. (first select the “disable rich-text” option above, paste the code and switch back to “enable rich-text”):

    • http://www.youtube.com
    • http://www.dailymotion.com
    • http://vpod.tv
    • http://media.nowpublic.com
    • http://www.myspace.com
    • http://www.ifilm.com
    • http://www.flickr.com

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
Cette question a pour but de vérifier que vous êtes un visiteur humain
Image CAPTCHA
Copy the characters (respecting upper/lower case) from the image.
www.gersbach.net www.troisfourmis.com