Communauté usages, management, prospective... autour du digital. Publiée par M21.

Google à Budapest

Je viens de passer trois jours très actifs à Budapest à l'occasion de la sortie en hongrois, chez Typotex, de mon livre sur Google. Une occasion de revenir dans un pays dans lequel  je ne m'étais pas rendu depuis une trentaine d'années. La ville n'a pas beaucoup changé, les gens si. J'en ai rencontré beaucoup, des journalistes (quatre longues interviews à la radio de Budapest et dans trois quotidiens et magazines importants), des chefs d'entreprise (dans un club de chefs d'entreprise, des universitaires, des lecteurs (à l'occasion d'une table ronde dans la grande librairie de la ville). Plusieurs choses me'ont frappé :

- la très bonne connaissance des dossiers Google de la part des chefs d'entreprise rencontrés. L'un de ceux-ci avait même été invité par Google à Zurich pour faire une conférence,

- la qualité des compétences informatiques de plusieurs de mes interlocuteurs. Il est vrai que mon éditrice, spécialiste de la publication de livres scientifiques, était une spécialiste de TeX, le langage qu'avait inventé Donald Knuth pour typographier avec des ordinateurs les formules mathématiques et qu'elle m'a fait rencontrer des gens particulièrement brillants,

- les réticences que Google suscite : combien de fois m'a-t-on dit que Facebook attirait plus que lui? combien de fois a-t-on évoqué les questions de droits d'auteur et celles de protection des données privées, le tout, comme en France, dans un joyeux mélange. L'image de Google s'est manifestement détériorée en Europe à un point inquiétant et incompréhensible : pourquoi critiquer sans cesse une société qui nous donne tout ce qu'elle nous donne sans rien nous prendre? Cela relève presque de la psychanalyse,

- la différence entre les générations. La jeune génération des chefs d'entreprise est incontestablement plongée entièrement dans le bain international, elle parle un excellent anglais et  partage les valeurs de la mondialisation. La génération plus âgée, celle qui s'est réinventée au lendemain de la chute du mur, qui s'est lancée alors dans le business est plus partagée. Elle n'est pas convaincue que cette mondialisation sera forcément heureuse.

Portrait de Anonyme
Anonyme
12 juin, 2010 - 20:11

J'aimerai bien moi même un jour allez a budapest bref... C que je veux surtout souligné c'est que google n'aime pas trop en effet que l'on parle de facebook. Il faut dire que ce géant commence a lui faire de l'ombre :P

rachat de credit

L'organisme qui va refinancer les différents crédits du locataire ou du propriétaire doit disposer de suffisamment de garantie avec un minimum de risque. L'opération de rachat de credit s'apparente à un accord de crédit.

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ ne sera pas montré publiquement.
  • Images can be added to this post.
  • Allowed HTML tags: <p> <br> <a> <em> <strong> <cite> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <img> <h1> <h2> <h3> <h4> <h5> <h6> <div> <span> <embed> <param> <object> <script>
  • You can use <object>, <embed> and <script> tags from the following sites to add media to your posts. (first select the “disable rich-text” option above, paste the code and switch back to “enable rich-text”):

    • http://www.youtube.com
    • http://www.dailymotion.com
    • http://vpod.tv
    • http://media.nowpublic.com
    • http://www.myspace.com
    • http://www.ifilm.com
    • http://www.flickr.com

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
Cette question a pour but de vérifier que vous êtes un visiteur humain
Image CAPTCHA
Copy the characters (respecting upper/lower case) from the image.
www.gersbach.net www.troisfourmis.com