Communauté usages, management, prospective... autour du digital. Publiée par M21.

videoblog de FYP_editions

FYP éditions a pour ambition de décrire et analyser les pratiques de la technologie, des sciences,de l’innovation, des nouveaux usages et des mutations sociétales. En s’appuyant sur les savoirs professionnels et scientifiques, chacun de nos ouvrages présente une question essentielle sur notre monde actuel et celui de demain que nous sommes en train de façonner. Les collections proposent aux spécialistes et au grand public des clés pour comprendre, des réflexions et des outils pour agir.

videoblog de FYP_editions RSS feed

My Boox : Le Guide des bibliothèques numériques vous vient en aide

Source : FYP Editions

Mardi 06 Avril 2010

A l’heure où Google Books conquiert le monde, Chloé Martin vient en aide à ceux qui en sont encore au livre papier et à la machine à écrire. Avec Le Guide des bibliothèques numériques (Editions Fyp), la lecture virtuelle n’aura plus de secret pour vous.

Ici, chaque bibliothèque a le droit à une fiche d’identité détaillée où sont répertoriés fonds documentaires, portails culturels, expositions virtuelles, bibliographies et ressources pédagogiques en ligne. Il s’ensuit un classement thématiques qui s’avère bien utile car le « public est perdu dans cette surabondance d’informations ».

Le Guide des bibliothèques, un coup de pouce certes mais aussi une bonne occasion de prêcher la « bonne parole » numérique. Pour Chloé Martin cela ne fait pas de doute : le numérique c’est l’avenir. « Les bibliothécaires deviennent producteurs et prescripteurs de contenus et contribuent ainsi à réduire les inégalités territoriales d’accès à l’information et à la culture ». La numérisation des fonds, un formidable outil démocratique ?

Préfacé par Michel Fauchié, président de l’Association pour le développement des documents numériques en bibliothèques, l’ouvrage devrait vite devenir un indispensable, tant pour les professionnels que pour tous les curieux « des s@voirs numérisés ».

L’article

ARTESI – Les bibliothèques, nouveaux acteurs majeurs du savoir numérisé ?

Source : FYP Editions


La numérisation intensive des fonds et les nouveaux outils des technologies de l’information permettent aux bibliothèques du monde entier de proposer des prestations numériques innovantes.

En reposant sur les fondamentaux des métiers de bibliothécaire, d’archiviste et de documentaliste, la bibliothèque numérique met en oeuvre de nouveaux savoir-faire, pour un des changements les plus importants dans l’histoire de la mise à disposition au public de la connaissance.

Les bibliothécaires deviennent producteurs et prescripteurs de contenus et contribuent ainsi à réduire les inégalités territoriales d’accès à l’information et à la culture.

Ils mettent à profit une triple compétence : la référence, la technique et la médiation.

Ils inventent et offrent de nouveaux services : fonds documentaires numérisés, portails culturels, expositions virtuelles, bibliographies, ressources pédagogiques en ligne.

Toutefois, le public méconnaît encore ces ressources exceptionnelles, ou est perdu dans cette surabondance d’informations.

Le guide des bibliothèques numériques fournit une très large sélection, dans de multiples domaines, des bibliothèques numériques qui mettent à disposition du public des ressources originales et souvent rares.

Véritable carte d’identité des bibliothèques numériques, cet ouvrage propose aux lecteurs et aux internautes un classement thématique des savoirs numérisés disponibles dans le monde avec une analyse qualitative de leur contenu.

C’est un outil indispensable aux professionnels de l’information et de la communication, bibliothécaires, documentalistes, veilleurs-analystes, chercheurs, professeurs, étudiants, lycéens, et pour tous les curieux des s@voirs du monde.

L’article Artesi

E-bouquin : Le guide des bibliothèques numériques

Source : FYP Editions

La maison FYP Editions lance un nouvel ouvrage qui risque de ravir les bibliothécaires intéressés par le numérique. Chloé Martin, que vous retrouverez prochainement sur eBouquin, vient en effet de publierun guide de 200 pages sur les bibliothèques numériques. Chaque bibliothèque est référencée par mots-clés et présentée par un descriptif réalisé par l’auteur. Le Guide des bibliothèques numériques dévoile les ressources numériques en détails : fonds documentaires numérisés, portails culturels, expositions virtuelles, bibliographies, ressources pédagogiques en ligne. Notons également que l’ouvrage est préfacé par Michel Fauchié, président de l’Association pour le développement des documents numériques en bibliothèques (ADDNB), et bien connu dans la Bouquinosphère.

Pour précommander ce guide essentiel pour les férus de bibliothèques numériques, direction Amazon où il vous en coûtera 12,90€. Et n’hésitez pas à aller partager le fruit de vos lectures sur le groupe Facebook dédié à l’ouvrage.

E-bouqin

Conférence de Rémi Sussan journaliste écrivain, auteur de « Demain les mondes virtuels » éditions Fyp 2009

Source : FYP Editions

Mardi 6 avril à 20h30

Conférence de Rémi Sussan journaliste écrivain, auteur de « Demain les mondes virtuels » FYP éditions

Quel devenir de l’homme et de la société dans un monde numérique ?

Table ronde « les mondes virtuels au quotidien » :
(Il serait bien d’avoir l’accord de tous les participants pour début mars afin de finaliser l’affiche on notera le nom et la qualité soulignée)
- Un spécialiste des usages de la réalité virtuelle intervenant du pôle RV Lavalois qui donnera son point de vue sur les usages qui pourraient se développer dans la société.
- Un psychologue du CHU de Nantes spécialiste des addictions aux jeux vidéos notamment les jeux en ligne et des mondes virtuels partagés. A qui nous demanderons de préciser les spécificités de cette addiction, ce qu’elle induit en terme de perception de soi, d’autrui et du monde (ce n’est pas une intervention sur l’addiction mais sur le changement de repères pouvant être induit pas l’usage des mondes virtuels)
- Le chef de projet multimédia de l’Université de Nantes qui a particulièrement travaillé les enjeux des nouvelles technologies pour l’éducation et pour notre territoire. Il pourrait éventuellement citer des usages de mondes virtuels sur notre territoire qui nécessitent de repenser le rapport à l’espace et au temps dans un contexte professionnel ou dans un autre contexte.

Présentation d’exemples d’applications de Réalité Virtuelle développées par les étudiants de l’ESCIN.

Organisé par :
- l’Institut Supérieur des Métiers 25, rue du Mans 53000 Laval Tél : 02 43 64 36 64.
- Le Centre de Culture Scientifique, Technique et Industrielle de Laval place de Hercé 53000 Laval- Tél: 02 43 49 47 81.

Un répertoire sélectif pour découvrir les ressources numérisées de bibliothèques du monde entier

Source : FYP Editions

Le Guide des bibliothèques numériques. L’essentiel des savoirs numérisés

Véritable carte d’identité des bibliothèques numériques, ce guide propose un classement thématique des savoirs numérisés disponibles dans le monde avec une analyse qualitative de leur contenu.

La numérisation intensive des fonds et les nouveaux outils des technologies de l’information permettent aux bibliothèques du monde entier de proposer des prestations numériques innovantes : fonds documentaires numérisés, portails culturels, expositions virtuelles, bibliographies et ressources pédagogiques en ligne, etc.

Ce guide des bibliothèques numériques fournit une très large sélection, dans de multiples domaines, des bibliothèques numériques qui mettent à disposition du public des ressources originales et souvent rares.

L’article

Comment faire taire les grenouilles – Science pour tous

Source : FYP Editions

L’article

Le Livre

Fondé sur des textes anciens, cet ouvrage retrace l’histoire scientifique animale de manière ludique, grâce à des expériences étonnantes faites par des scientifiques illustres, ou à des croyances issues des observations des animaux souvent incomplètes, nous donnant l’origine d’expressions populaires et de fables. Richement illustré d’images rares.

Groupe Chronos : Entretien avec Frédéric Kaplan, spécialiste des nouvelles interfaces

Source : FYP Editions


Entretien avec Frédéric Kaplan, spécialiste des nouvelles interfaces

06 04/2010 de Philippe Gargov

Réalité augmentée, Internet des Objets, interfaces inédites qui font écho à Minority Report… l’innovation en matière de mobilités prend souvent des airs de science-fiction. Pour s’en convaincre, il faut lire cet article qui relie mobilités servicielles… et cinéma de science-fiction. Nombreux sont aujourd’hui les inventeurs et créatifs qui puisent leurs idées dans ces imaginaires. Est-il vraiment pertinent de se laisser happer par ces fantasmes certes séduisant d’un futur finalement improbable ? L’urgence des mobilités durables exige bien au contraire de garder un pied sur le plancher des vaches – celui du quotidien et de ses usages pragmatiques (Retour vers le réel et embarquement vers le réel futur).

Une vision partagée par Frédéric Kaplan, ingénieur, spécialiste des nouvelles interfaces – et fin connaisseur de science-fiction urbaine. Son dernier ouvrage, publié chez FYP Editions, traite justement d’une révolution bien ancrée dans le réel : celle des objets du quotidien, pris dans toute leur banalité. L’objet était le sujet d’Objets bavards de Bruce Sterling, auteur majeur de science-fiction contemporaine. Une convergence révélatrice : la réinvention du quotidien passera par la réinvention des objets, du commun et de l’ordinaire.

La métamorphose des objets, qui s’annonce dans ces lignes, déborde évidemment des objets eux-mêmes pour interroger nos rapports aux interfaces du quotidien : quid des écrans dans la ville ? d’Internet ? des données personnelles ? et bien sûr, quid du 5e écran, médias des médias urbains qui conjugue la donnée et la ville ? Au centre de chacune de ces problématiques : l’inévitable mobile-objet et son symbiote, le mobile-homme (ou bien est-ce l’inverse ?). Dans ce mobile hybride se dessinent aussi de nouveaux rapports au temps, ouvrant un champ d’innovation et de réflexion largement inexploré. L’entretien qui suit invite à cette navigation entre passé, présent et futur, autour de ces changements parfois imperceptibles qui annoncent notre quotidien à venir.

Frédéric Kaplan est spécialiste des nouvelles interfaces. Après dix ans de recherche au laboratoire Sony CSL à Paris, il prolonge aujourd’hui ses travaux à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne et au sein d’OZWE, entreprise qu’il a co-fondée avec Martino d’Esposito. Il est l’auteur de trois ouvrages : « La naissance d’une langue chez les robots » (2001) « Les machines apprivoisées: comprendre les robots de loisir » (2005) et « La métamorphoses des objets » (FYP Editions, 2009).

Les commentaires Chronos sont [entre crochets].

Tic 2025 les grandes mutations

Source : FYP Editions

Comment internet et les Technologies de l’information et de la communication vont dessiner les prochaines années, de Yannick Lejeune et al.
ISBN 978-2916571416
208 pages
23,90 euros TTC

Sortie 29 avril 2010

25 experts internationaux prennent position sur les changements liés à l’innovation.
La première décennie du XXIe siècle a permis de prendre la mesure de la diffusion des outils numériques et de leurs usages dans notre vie quotidienne. Les périphériques d’accès au réseau se multiplient pour toutes les générations, et l’internet sort de plus en plus de sa sphère d’origine.
Aujourd’hui, chaque modèle d’innovation, chaque développement de nouveaux usages, nécessite une réflexion approfondie sur les impacts qu’il va produire durant la prochaine décennie, au niveau individuel et collectif.
Cet ouvrage donne la parole à 25 acteurs majeurs des nouvelles technologies, de réputation mondiale, qui expliquent clairement leur stratégie d’innovation pour les prochaines années dans des domaines essentiels : nouveaux rapports au travail, à la mobilité, au territoire, sociabilité, identité, biens culturels, économie de l’immatériel, communication, loisirs, droit, santé, éducation, égalité des chances, développement durable, etc.
C’est une véritable avant-garde des usages à venir, une invitation à l’inventivité, qui donne au lecteur des clés et des savoirs pour stimuler et encourager les capacités d’innovation des hommes et des sociétés.
Avec la participation de :
Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétariat d’État chargé de la Prospective et du Développement de l’économie numérique ; Daniel Kaplan, Fing ; Jean-Louis Missika, mairie de Paris ; Danah Boyd, Microsoft Research ; Divina Frau-Meigs, Sorbonne; Yannick Lejeune, IONIS Education Group ; Bernard Ourghanlian, Microsoft ; Joi Ito, Creative Commons ; Cedric Tournay, Dailymotion ; Emmanuel Darras, Ankama ; Rafi Haladjian, Sen.se ; Freddy Mini, Netvibes ; Mehdi Tayoubi, Dassault Systèmes ; Jean-Michel Planche, Witbe ; Jean Mounet, Syntec ; Yseulys Costes, 1000mercis ; Nicolas Bordas, TBWA ; Steve Rubel, Edelman ; Timothy Ferriss, écrivain ; Henri Verdier, Cap Digital ; Bruno Carrias, Medef ; Esther Dyson, 23andMe ; Katherine Prince, KnowledgeWorks ; Jean-Christophe Capelli, FriendsClear ; Jean-Michel Billaut, Atelier BNP-Paribas.

Tic 2025 les grandes mutations – Comment internet et les Technologies de l’information et de la communicati…

Informatique, libertés, identités

Source : FYP Editions

On n’a jamais autant débattu des moyens de protéger la vie privée dans nos sociétés informatisées.
Et l’on n’a jamais autant déployé de moyens de capturer et d’utiliser des informations sur les personnes.
Et jamais autant d’individus n’ont publié autant d’informations sur eux-mêmes…
Paradoxe ? Inconscience ? Hypocrisie ? Ou émergence d’une nouvelle manière de défendre et d’utiliser ses libertés, dans laquelle on ne se protège que pour mieux se projeter vers les autres, vers le monde ?
Cet ouvrage propose de nouvelles clés pour comprendre les relations entre informatique, libertés, vie privée et identité. Il suggère de remplacer une approche défensive de l’identité et de la vie privée par une approche stratégique. Le but serait alors de partager le pouvoir des technologies, en outillant les individus au même niveau que les services et les organisations qui veulent en savoir plus sur eux.
L’ouvrage explore de nouvelles pistes, de nouveaux outils, parfois de nouveaux droits, pour donner sa vraie valeur à la vie privée : celle qui consiste à pouvoir choisir et conduire sa vie publique.
Cet ouvrage a été réalisé par Daniel Kaplan, avec Arnaud Belleil, Renaud Francou, Charles Népote et Serge Ravet.

Sortie en librairies le 28 avril 2010, vous pouvez le commander dès maintenant.

ISBN 978-2916571324

12,90 euros TTC

Sommaire :

Chapitre 1
Les données personnelles  matière première de la société numérique
1- Retour sur un « paradoxe »
2- Les nouveaux risques
Chapitre 2

Au fond, que voulons-nous défendre ?
1- Trois réponses globalisantes et insatisfaisantes
2- Ce qui nous meut : repartir des aspirations
3- Pourquoi, finalement, protéger les données personnelles ?

Chapitre 3
Bâtir de nouvelles réponses
1- La protection, un front toujours actif
2- De nouvelles capacités pour les individus
3- L’identité numérique comme compétence

Introduction

Longtemps réservé aux spécialistes et aux militants, auxquels nous devons savoir gré de leur engagement, le sujet de la « protection des données personnelles » a gagné depuis quelques mois ses lettres de noblesse politiques.
Le fichier policier Edvige, l’extension sans fin des services de Google, l’usage des données personnelles par Facebook, les pièces d’identité biométriques, les puces « sans contact », ont fait l’objet de débats publics et de protestations audibles, conduisant parfois à de véritables (quoique provisoires) reculs de la part des entreprises ou des gouvernements mis en cause.
Amère victoire
Beaucoup de bons livres et rapports paraissent sur ce thème. La CNIL ainsi que ses homologues européennes, réunies dans le G29, prennent des positions fermes sur les réseaux sociaux, les étiquettes RFID, ou encore la vidéosurveillance. Aux États-Unis, Mecque de la liberté contractuelle et des lois sectorielles, la nécessité d’une réglementation plus englobante et plus stricte convainc un nombre croissant de personnes.

Et pourtant il n’y a guère lieu de se réjouir. Les capacités de surveillance et de traçage des individus, par les autorités comme par les entreprises, n’ont jamais été aussi développées, omniprésentes, puissantes et discrètes. Les individus n’ont pas plus de contrôle sur ce que les organisations savent d’eux qu’hier, et même probablement moins. À tout le moins, le déséquilibre
des connaissances, et donc du pouvoir, entre les individus et les organisations, tend plutôt à s’élargir.
Les moyens juridiques et techniques de protection existent. M (...)

TIC 2025, les grandes mutations – Avril 2010

Source : FYP Editions

Comment internet et les technologies de l’information et de la communication vont dessiner les prochaines années.

Sous la direction de Yannick Lejeune

25 experts internationaux prennent position sur les changements liés à l’innovation

La première décennie du XXIe siècle a permis de prendre la mesure de la diffusion des outils numériques et de leurs usages dans notre vie quotidienne. Les périphériques d’accès au réseau se multiplient pour toutes les générations, et l’internet sort de plus en plus de sa sphère d’origine.
Aujourd’hui, chaque modèle d’innovation, chaque développement de nouveaux usages, nécessite une réflexion approfondie sur les impacts qu’il va produire durant la prochaine décennie, au niveau individuel et collectif.
Cet ouvrage donne la parole à 25 acteurs majeurs des nouvelles technologies, de réputation mondiale, qui expliquent clairement leur stratégie d’innovation pour les prochaines années dans des domaines essentiels : nouveaux rapports au travail, à la mobilité, au territoire, sociabilité, identité, biens culturels, économie de l’immatériel, communication, loisirs, droit, santé, éducation, égalité des chances, développement durable, etc.
C’est une véritable avant-garde des usages à venir, une invitation à l’inventivité, qui donne au lecteur des clés et des savoirs pour stimuler et encourager les capacités d’innovation des hommes et des sociétés.

Avec les contributions de  :
Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétariat d’État chargé de la Prospective et du Développement de l’économie numérique ; Daniel Kaplan, Fing ; Jean-Louis Missika, mairie de Paris ; Danah Boyd, Microsoft Research ; Divina Frau-Meigs, Sorbonne ; Yannick Lejeune, IONIS Education Group ; Bernard Ourghanlian, Microsoft ; Joi Ito, Creative Commons ; Cedric Tournay, Dailymotion ; Emmanuel Darras, Ankama ; Rafi Haladjian, Sen.se ; Freddy Mini, Netvibes ; Mehdi Tayoubi, Dassault Systèmes ; Jean-Michel Planche, Witbe ; Jean Mounet, Syntec ; Yseulys Costes, 1000mercis ; Nicolas Bordas, TBWA ; Steve Rubel, Edelman ; Timothy Ferriss, écrivain ; Henri Verdier, Cap Digital ; Bruno Carrias, Medef ; Esther Dyson, 23andMe ; Katherine Prince, KnowledgeWorks ; Jean-Christophe Capelli, FriendsClear ; Jean-Michel Billaut, Atelier BNP-Paribas.

Pourquoi une mobilité libre et durable ?

Source : FYP Editions

Le blog des étudiants internationaux de l’ESADEE

Le changement climatique, la pollution et la crise énergétique sont des faits véritables. Ils dégradent notre qualité de vie. Après avoir lu le livre « Pour une mobilité plus libre et plus durable » et visité le salon international de l’auto à Genève, il me semble que construire un système de mobilité moins polluant, peu consommatrice d’énergie et d’espace, devient une tendance dans le développement du transport.

Notre société a besoin de mobilité libre et durable afin d’améliorer la vie urbaine. Selon le rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) de 2007, le transport serait la cinquième cause humaine du réchauffement climatique. Les embouteillages dans les villes créent non seulement de la pollution mais perturbent aussi notre activité. Nous dépensons trop de temps en trajet. D’ailleurs, il est probable que la production mondiale de pétrole commencera à diminuer dans cinq ans. Pourrions-nous rouler dans une voiture sans carburant ? Inventer un système de transport libre et durable paraît donc important et urgent. C’est pourquoi depuis l’an dernier, le pavillon vert fait partie de salon de l’auto de Genève.

Une mobilité libre et durable se compose de trois facteurs principaux : la réduction du volume, la réduction de la distance et de la durée de déplacement, l’efficience et la propreté de nos modes de transports. La réduction du volume permet de se déplacer plus facilement sur la route ; les transports en commun évitent la pollution ; le co-voiturage économiserait probablement de l’énergie.

Elle s’adresse aussi à cinq domaines : l’ organisation de l’espace, les organisations de transports et leur économie, les organisations de communication et de formation ; l’organisation collectives des services et des rythmes ; la dématérialisation d’activités et d’échanges.

Le développement du transport essaie de coller à cette tendance mais avec un grand décalage dans la réalité. Pour trouver des solutions, de nouvelles technologies sont créées. La voiture électrique : très onéreuse et dont la mise en place est très difficile à généraliser aujourd’hui. Le co-voiturage est une des méthodes pour économiser d’énergie mais très délaissé en raison de l’indépendance des conducteurs. Dans notre ville, la circulation est très difficile sans GPS car les sens de circulation sont très bizarres.

En résumé, il paraît important d’avoir un système de transport libre et durable dans le futur. Le véhicule individuel permet de nous amener dans des lieux non desservis. Le transport collectif permet de réduire la pollution et de rendre la mobilité plus efficace. Créer un équilibre entre le véhicule individuel et le transport en commun est un thème très intéressant à étudier.

Tingting ZHANG, étudiante chinoise, 3ème année design

Le lien de l’article

Toute personne intéressée par une vue prospective sur les relations entre les hommes et les objets et leurs développements futur

Source : FYP Editions

Où l’auteur passe de Gene Kelly dans Chantons sous la pluie, au cloud computing, la lampe qui réfléchit réellement, l’ordinateur curieux sans oublier Silicoco. »

Toute personne intéressée par une vue prospective sur les relations entre les hommes et les objets et leurs développements futurs se doit de lire « La métamorphose des objets » de Frédéric Kaplan chez FYP éditions. A la fois chercheur, universitaire, scientifique et artiste, l’auteur nous propose un ensemble de concepts cohérents sur l’évolution des objets, leurs usages passés et futurs et leurs possibles métamorphoses.

A travers ses expériences personnelles et son vécu de chercheur, il nous présente un ordinateur qui reconnaît les visiteurs, se tournent vers eux, réagit à leurs mouvements ou une table qui enregistre l’activité d’une conversation en devenant plus ou moins lumineuse. Il y a aussi des lampes interactives, des cuisines intelligentes capables de nous suggérer ce que nous pouvons cuisiner avec ce que nous avons et nous aider à le faire, ou des tables électroniques permettant de travailler interactivement sur des projets à plusieurs.

Il nous propose aussi un monde enregistrant, si nous le voulons, tout (ou partie) des détails de notre vie, non pas la version « Big brother » trop souvent décrite mais un outil pour nous développer dans notre vie de tous les jours à travers l’accumulation et la restitution de nos connaissances et expériences.

Les relations avec les ordinateurs vont également changer. Le PC, ordinateur désespérément individuel, avec son clavier, sa souris et son écran, son disque dur, sera progressivement remplacé par un réseau connecté d’ordinateurs permettant l’accession à une bibliothèque de données mondiales (l’Internet en étant les prémices), et nous pourrons communiquer avec cet outil global avec les fameux « objets-interface » qui nous entoureront comme une simple table de cuisine et à travers des gestes naturels.

« La métamorphose des objets » rend les objets du futur plus interactifs, sympathiques et « humanisés » et nous laisse avec l’envie de développer ces concepts en y rajoutant nos propres idées et expériences.

Un article de « Avec ou Sans-Contact »

Lien de l’article

Les bibliothèques, nouveaux acteurs majeurs du savoir numérisé ?

Source : FYP Editions

La numérisation intensive des fonds et les nouveaux outils des technologies de l’information permettent aux bibliothèques du monde entier de proposer des prestations numériques innovantes.

En reposant sur les fondamentaux des métiers de bibliothécaire, d’archiviste et de documentaliste, la bibliothèque numérique met en oeuvre de nouveaux savoir-faire, pour un des changements les plus importants dans l’histoire de la mise à disposition au public de la connaissance.

Les bibliothécaires deviennent producteurs et prescripteurs de contenus et contribuent ainsi à réduire les inégalités territoriales d’accès à l’information et à la culture.

Ils mettent à profit une triple compétence : la référence, la technique et la médiation.

Ils inventent et offrent de nouveaux services : fonds documentaires numérisés, portails culturels, expositions virtuelles, bibliographies, ressources pédagogiques en ligne.

Toutefois, le public méconnaît encore ces ressources exceptionnelles, ou est perdu dans cette surabondance d’informations.
Le guide des bibliothèques numériques fournit une très large sélection, dans de multiples domaines, des bibliothèques numériques qui mettent à disposition du public des ressources originales et souvent rares.

Véritable carte d’identité des bibliothèques numériques, cet ouvrage propose aux lecteurs et aux internautes un classement thématique des savoirs numérisés disponibles dans le monde avec une analyse qualitative de leur contenu.

C’est un outil indispensable aux professionnels de l’information et de la communication, bibliothécaires, documentalistes, veilleurs-analystes, chercheurs, professeurs, étudiants, lycéens, et pour tous les curieux des s@voirs du monde.

L’auteur :
Chloé Martin est titulaire d’un mastère spécialisé en Intelligence économique et Management des Connaissances et spécialiste des bibliothèques numériques.
Michel Fauchié est responsable des développements et de la cellule informatique des bibliothèques de Toulouse, et président de l’Association pour le développement des documents numériques en bibliothèques (ADDNB).

Préface de Michel Fauchié, responsable des développements et de la cellule informatique des bibliothèques de Toulouse, président de l’Association pour le développement des documents numériques en bibliothèques (ADDNB), et membre actif de l’Interassociation archives bibliothèques documentation (IABD).

ISBN : 978-2-916571-40-9
Prix public TTC : 12,90 €
200 pages

Date d’office : le 26 mars 2010
Sommaire de l’ouvrage :

Préface, par Michel Fauchié
Avant-propos
Chapitre 1 – Histoire des bibliothèques numériques
Chapitre 2 – Les nouveaux outils
Chapitre 3 – Le guide
- Généralistes
- Sciences et techniques
- Sciences humaines et sociales
- Histoire
- Droit – Économie
- Lettres et langues
- Arts
- Jeunesse
Chapitre 4 – L’utilisation des données

Jean-Marc Manach sur France 2

Source : FYP Editions

Jean-Marc Manach sera invité en avril au JT de de France pour son ouvrage : La vie privée, un problème de vieux cons?

Le Guide des biliothèques numériques. L’essentiel des savoirs numérisés

Source : FYP Editions

ISBN : 978-2-916571-40-9
Prix Public TTC : 12,90 €
200 pages

disponible à partir du 29 mars

La numérisation des fonds et les nouveaux outils des technologies de l’information  permettent aux bibliothèques du monde entier de proposer des prestations numériques innovantes.
Les bibliothécaires deviennent producteurs et prescripteurs de contenus et contribuent ainsi à réduire les inégalités territoriales d’accès à l’information et à la culture. Ils inventent et offrent de nouveaux services : fonds documentaires numérisés, portails culturels, expositions virtuelles, bibliographies, ressources pédagogiques en ligne.
Toutefois, le public méconnaît encore ces ressources exceptionnelles, ou est perdu dans cette surabondance d’informations.
Ce guide fournit une très large sélection, dans de multiples domaines, des bibliothèques numériques qui mettent à disposition du public des ressources originales et souvent rares.
Véritable carte d’identité des bibliothèques numériques, cet ouvrage propose aux lecteurs et aux internautes un classement thématique des savoirs numérisés disponibles dans le monde avec une analyse qualitative de leur contenu.
C’est un outil indispensable aux professionnels de l’information et de la communication (bibliothécaires, documentalistes, veilleursanalystes, chercheurs, professeurs, étudiants, lycéens) et pour tous les curieux des s@voirs du monde.

Chloé Martin est titulaire d’un mastère spécialisé en Intelligence économique et Management des Connaissances et spécialiste des bibliothèques numériques.
Michel Fauchié est responsable des développements et de la cellule informatique des bibliothèques de Toulouse, et président de l’Association pour le développement des documents numériques en bibliothèques (ADDNB).
Sommaire :

Préface, par Michel Fauchié
Avant-propos 1
Chapitre 1 – Histoire des bibliothèques numériques
Chapitre 2 – Les nouveaux outils
Chapitre 3 – Le guide
- Généralistes
- Sciences et techniques
- Sciences humaines et sociales
- Histoire
- Droit – Économie
- Lettres et langues
- Arts
- Jeunesse
Chapitre 4 – L’utilisation des données

Rejoignez le groupe Facebook du Guide des bibliothèques numériques :

Préface

par Michel Fauchié,
responsable des développements et de la cellule informatique des bibliothèques de Toulouse,
président de l’Association pour le développement des documents numériques en bibliothèques (ADDNB),
et membre actif de l’Interassociation archives bibliothèques documentation (IABD).

Aux confins des savoirs et des technologies, que dit et que fait le bibliothécaire devant l’offre numérique ?
À cette question nouvelle, correspond une réponse nouvelle : et de cette posture-là dépend en grande partie l’avenir des bibliothèques en tant que lieux d’accès au savoir et à la connaissance, en tant qu’espaces de partage et de médiation.
Aux bibliothécaires, donc, revient de s’initier aux arcanes des processus de numérisations, de leurs droits, et enfin de leur mise à disposition. Qu’ils soient dépositaires ou n (...)

Syndiquer le contenu
www.gersbach.net www.troisfourmis.com